Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Déloyauté

Aux noces de Thétis et de Pylée,
au cours de ce splendide banquet,
Apollon prit la parole.
Félicitant les mariés, il leur promit
un grand bonheur grâce au fruit de leur union:
"Jamais il ne sera atteint de maladie, dit-il,
et sa vie sera longue". Ces paroles
- oracle du dieu, une caution pour son enfant -
réjouirent fort Thétis.
Et pendant que son fils grandissait
et que sa beauté était la fierté de toute la Thessalie,
Thétis se souvenait toujours
de la prophétie d'Apollon, ce bel oracle.
Mais un jour arrivèrent des vieillards
porteurs de nouvelles
et annoncèrent qu'Achille avait été tué à Troie.
Thétis se mit à déchirer ses vêtements de pourpre,
à piétiner ses bracelets et ses bagues.
Et, pendant qu'elle se lamentait,
elle se souvint des paroles du dieu et demanda:
Le sage Apollon, que faisait-il,
où traînait-il le poète,
beau parleur au cours des festins,
où traînait-il le prophète
lorqu'on tuait son fils dans sa prime jeunesse?
Et les vieillards lui dirent qu'Apollon
descendit en personne à Troie, avec les Troyens,
pour tuer Achille.

1911 - 17

Traduction : François Sommaripas

Haut de page