Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Des Juifs...

Ianthès d'Antoine. Peintre et poète,
coureur et discobole, beau comme Endymion.
Sa famille proche de la synagogue.

"Mes moments les plus dignes
ce sont lorsque j'oublie la quête esthétique,
je déserte l'hellénisme beau et dur,
son attachement aux membres parfaits
blancs et périssables. Et que je devienne
celui que j'aimerais rester toujours,
des Juifs, des vénérables Juifs le fils."

Voeux fervent. "Des vénérables Juifs le fils".
Mais ce ne fut point ainsi, il fut toujours
le fils dévoué de l'Hédonisme et de l'Art
d'Alexandrie.

1919 - 85

Traduction : François Sommaripas

Haut de page