Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Les fenêtres

Dans ces chambres obscures où les journées me pèsent
je rode ça et là pour trouver les fenêtres. - Qu'une seule
soit ouverte pourrait me consoler. -
Mais les fenêtres sont introuvables
ou bien est-ce moi qui ne sait les trouver.
Peut-être vaut-il mieux ainsi,
la lumière pourrait être un nouveau supplice.
Sait-on
ce qu'elle peut amener avec elle?

av. 1911 - 11

Traduction : François Sommaripas

Haut de page