Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Hérode Atticus

Oh, quelle gloire celle d'Hérode Atticus!

Alexandre de Séleucie, un de nos bons sophistes,
arrivant à Athènes pour prendre la parole,
trouve la ville vide; Hérode était à la campagne
et les jeunes l'avaient tous suivi pour l'écouter.
Alors le sophiste Alexandre écrit à Hérode
le priant de lui envoyer les Grecs.
Et le subtil Hérode de repondre aussitôt

"Je viens aussi, avec les Grecs ". –

Combien de jeunes à présent à Alexandrie,
à Antioche et à Beyrouth
(futurs rhèteurs issus de l'hellénisme!)
se retrouvant autour d'une table de choix
à se remémorer des sophismes fameux,
ou de l' exquis de leurs amours,
se taisent tout à coup,
oublient leurs coupes sur la table

et songent à l'extraordinaire destin d'Hérode. –

Quel autre sophiste eut-il destin pareil? ?
faire, selon son désir et par son mérite,
que les Grecs (les Grecs!) le suivent,
sans plus juger, sans discuter,
simplement le suivent!

1912 - 33

Traduction : François Sommaripas

Athénien d'origine, grandement honoré à Rome, Hérode fut, entre autres, l'instructeur du jeune marc Aurèle. Rentré à Athenes il eut une carrière extraordinaire de sophiste et fut le mécène qui fit constuire le fameux theatre aux pieds de l'Acropole portant son nom.

Haut de page