Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Ionien

Que leurs statues soient détruites,
qu'ils soient chassés de leurs temples,
les dieux ne sont pas morts.
C'est encore toi qu'ils aiment, ô terre d'Ionie,
leurs âmes se souviennent toujours de toi.
Lorsque l'aube du mois d'Août se lève
la force de leur vie traverse ton atmosphère,
et parfois une aérienne vision d'éphèbe,
survole, furtivement, tes collines.

1911 - 28

Traduction : François Sommaripas

Haut de page