Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

L'agacement du Séleucide

Le Séleucide Démétrios fut agacé
d'apprendre qu'un Ptolémée se rendait en Italie
dans un tel état. Pauvrement vêtu,
à pied, avec comme seule escorte
trois ou quatre esclaves. C'est ainsi qu'à Rome
leurs maisons seront la proie des ironies et des cancans.
Bien sûr, il le sait en quelque sorte,
ils ne sont, eux, que les serviteurs des Romains,
qui leur accordent leurs trônes
et les reprennent selon leur bon vouloir.
Mais qu'ils puissent conserver,
pour le moins,
un reste de majesté, qu'ils n'oublient pas
qu'ils sont encore des rois, que c'est ainsi
(hélas), qu'on les appelle encore.
Très contrarié le Séleucide aussitôt,
offrit au Ptolémée des vêtements de pourpre,
un magnifique diadème, des diamants précieux,
des nombreux serviteurs, une escorte,
ses chevaux les plus racés,
pour qu'il se présente à Rome comme il sied
à un monarque Grec d'Alexandrie.
Mais le Lagide
qui se rendait à Rome pour mendier,
savait ce qu'il voulait et déclina ces offres;
de tout ce luxe il n'avait aucun besoin.
Humble et pauvrement vêtu il se rendit à Rome
et prit toit chez un petit artisan.

Puis il se présenta au Sénat
tel un pauvre malheureux,
pour mieux mendier.

1915 - 56

Traduction : François Sommaripas

Haut de page