Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Le soleil de l'après-midi

Je la connais si bien cette chambre...
A présent, comme celle d'à côté, elle est à louer.
Des bureaux. Il n'y a plus dans cet endroit
que courtiers, commerces et entreprises.

Oui, cette chambre m'est bien familière.
A cet endroit, près de la porte, le canapé
à ses pieds un tapis de Turquie;
puis l'étagère avec deux vases jaunes.
A droite - non en face! - une armoire à glace.
Au milieu, la table oú il écrivait;
et les trois fauteuils en rotin.
Près de la fenêtre le lit
oú tant de fois nous nous sommes aimés.

Pauvres meubles,
ils se trouvent certainement quelque part.

A côté de la fenêtre le lit; l'après midi
le soleil venait jusqu'au milieu.

C'était l'après-midi à quatre heures
que l'on s'est quittés, juste pour une semaine...
Cette semaine à duré, hélas, pour toujours.

1919 - 90

Traduction : François Sommaripas

Haut de page