Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Murailles

Sans égard, sans pitié, sans scrupules
autour de moi ils ont dressé de hautes murailles.

Et, enfermé dans mon désespoir,
je vis dans l'obsession de cette torture;

car j'avais beaucoup à faire dehors.
Comment, me suis-je laissé piéger?

Mais rien ne m'a alerté. Sans bruit.
les maçons m'ont muré hors du monde.

av. 1911 - 15

Traduction : François Sommaripas

Haut de page