Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Pour Ammon, mort à 29 ans en 610 ap. J.C.

Raphaël, on te demande quelques vers
pour l'épitaphe du poète Ammon.
Vers élégants et raffinés. Toi seul
peut écrire ce qui convient
pour le poète Ammon, l'un des nôtres.

Il faut bien sûr parler de ses poèmes.
Mais aussi, Raphaël, de sa beauté,
sa beauté subtile que nous avons tant aimée.

Ton grec est toujours beau et mélodieux
mais là, il te faut tout ton art, car
notre douleur et notre amour
doivent couler dans une autre langue.
Il faut que ton sentiment égyptien
inonde la langue étrangère.

Tes vers, Raphaël, doivent refléter quelque chose
de notre vie, cette vie que tu connais,
de sorte que, par le rythme et par les mots choisis,
on sente que c'est l'Alexandrin qui parle
d'un Alexandrin.

1917 - 66

Traduction : François Sommaripas

Haut de page