Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Qu'advint-il de lui?

Il reste à rêvasser: "Où se cache-t-il, le Sage,
où s' est-il retiré? Après tout ce miracle,
son enseignement répandu dans toutes les nations,
il disparaît soudain -volatilisé!- et personne n'a rien su,
aucune certitude (sa tombe, nul ne l'a vue).
Certains disent qu'il est mort à Ephèse,
pourtant, pas un mot d'écrit, chez Damis aucune mention,
il n'a jamais certifié la mort d'Appolonios.
Pour d'autres, il se serait éclipsé à Lindos.
Puis -cette histoire serait-elle vraie?- sa transfiguration
à l'antique temple de Dictynnée en Crète.
Et pourtant, il y a un fait extraordinaire,

son apparition à un jeune étudiant à Tyana.–
Peut-être est-il encore trop tôt,
l'heure fixée pour son retour n'est pas encore venue.
Ou alors,
se trouve t-il déguisé, visage d'un inconnu parmi nous.
Mais -tel qu'il était- il va réapparaître
porter la vérité, enseigner la juste parole et,
bien sûr,
rétablir le culte de nos dieux et nos célébrations,
les belles et esthétiques célébrations des Hellènes".

C'est ainsi qu'après lecture de Philostrate:
"Des actes d'Appolonios de Tyana",
l'un parmi les rares païens qui survécurent,
rêvait dans son modeste logis.
Par ailleurs
personnage insignifiant et craintif,
il se déclarait, lui aussi, chrétien
et se rendait à l'église.
C'était du temps où - en toute dévotion -
régnait le vieux Justin
et Alexandrie, ville pieuse,
abhorrait les misérables païens,

1920 - 91

Traduction : François Sommaripas

Haut de page