Cavafis, pourquoi ? - Poèmes traduits par François Sommaripas

Souverain de la Libye Occidentale

Aristomène, fils de Ménélas.
Son séjour à Alexandrie
-une dizaine de jours en tout -
fit bonne impression.
Grec de nom, il l’était aussi dans ses manières.
Les honneurs - il n’en sollicitait point;
mais il savait les accepter.
Un homme modeste en somme;
ce souverain de la Libye Occidentale.

Il achetait ouvrages grecs
philosophiques, de préférence, et historiques.
Surtout, quelqu’un de peu bavard:
esprit profond sans doute - le bruit courait.
Ceux de son genre, dit-on, sont peu enclins aux verbiages.

Il n'était point esprit profond, il n’était rien.
Un homme quelconque, insignifiant et ridicule,
il prit nom grec,
en simula plus ou moins les manières et,
dans son for intérieur,
il redoutait le moindre faux pas
- quelque solécisme, par exemple -
quelque inattention néfaste
et adieu la bonne impression!

Ces gens d’Alexandrie, ils les voyait déjà! -
pas mécontents de trouver une proie - les fumiers! -
pour s’en moquer:
c’était bien leur passe-temps favori.

C’est pourquoi il contrôlait ses mots;
avec terreur il abordait déclinaisons et accents,
tendis que dans son âme pesait l’ennui
de tous ces mots accumulés
qui se bloquaient en lui

1928 - 141

Traduction : François Sommaripas

Haut de page